Accueil

Meilleurs voeux 2020 - Soumana Sako

Chers compatriotes, de l'Intérieur comme de la Diaspora,
Au seuil du Nouvel An, il m'est particulièrement agréable de souhaiter aux uns et aux autres une bonne et heureuse année 2020. Que l'année nouvelle nous apporte à tous beaucoup de bonheur au foyer et de réussite dans toutes nos entreprises.
L'année qui vient de s'écouler a été très éprouvante pour notre Peuple et nos Forces Armées et de Sécurité alors même que la mauvaise gouvernance et l'absence de vision stratégique des tenants du pouvoir ont continué à obscurcir l'horizon de la sortie de crise. Que la nouvelle année amène la paix des cœurs et des esprits, la sécurité pour tous ainsi que la restauration complète et sans conditions de l'intégrité territoriale et de la souveraineté nationale et internationale de la République du Mali.
Avec le projet de révision de notre Constitution démocratique du 12 janvier 1992 concocté par et pour les forces rétrogrades nostalgiques de l'ordre sociopolitique colonial, c'est-à-dire celles-là mêmes qui, hier, ont légitimé et accompagné la colonisation, vilipendé la lutte pour l'Indépendance nationale et saboté les efforts de la Ière République visant à asseoir les bases de l'indépendance politique et économique et de l'affirmation de notre dignité nationale et africaine, c'est notre État républicain, démocratique, unitaire et laïc qui est en danger. Il importe donc que le Peuple malien se mobilise pour rééditer, de manière plus éclatante encore, la belle épopée de la Plateforme populaire An Tèè A Bana afin d'ôter définitivement au régime issu des élections générales de 2013 et de 2018 toute envie de tripatouiller notre Constitution démocratique et faire faire marche arrière à la Roue de l'Histoire.
Gloire au Peuple invincible!
Honneur aux patriotes et aux démocrates dignes héritiers du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961, du 25 mai i963 et du 26 mars 1991!

Bonne et heureuse année à tous et à toutes!

Bamako, le 1er janvier 2020
Soumana Sako
Ancien Ministre des Finances et du Commerce
Ancien Fonctionnaire International
Ancien Vice-Président fondateur de l'UNEM
Ancien Premier Ministre,
Chef du Gouvernement de Transition 1991/1992 de la République du Mali

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè 27122019

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) s’est réuni en session ordinaire le 21 décembre 2019 à son Siège national sis à Hamdallaye, Bamako.

Après un large tour d’horizon de la situation apolitique, économique, sociale et sécuritaire du Mali, le Bureau Politique National de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien a abouti aux principales conclusions suivantes :

1.Comme prévu, le soit disant Dialogue National Inclusif s’avère être un énorme gaspillage de l’argent public, de temps et d’énergie sans aucune prise réelle sur les tenants et aboutissants de la crise multidimensionnelle que notre pays traverse depuis plusieurs longues années déjà ;

2.En application de la décision fort lucide de la Direction Nationale du Parti, aucune structure de la CNAS-Faso Hèrè n’a participé à aucune étape du soit disant Dialogue National Inclusif, lequel a pris l’allure d’une véritable Diversion Nationale Inutile qui n’a même pas pu remplir un rôle de catharsis nationale face aux défis multiples de l’heure que les pouvoirs publics n’arrivent pas à relever;

3.Aucune personnalité présente au soit disant Dialogue National Inclusif ne représentait la CNAS-Faso Hèrè et ne pouvait donc en aucune manière parler en son nom. Le Parti de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien n’est ni concerné, ni engagé par les recommandations et conclusions pouvant en découler.

4.Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè renouvelle son appel pressant à toutes les forces politiques et sociales patriotiques, progressistes, républicaines et démocratiques, de l’Intérieur comme de la Diaspora, pour redoubler de vigilance pour faire échec au plan machiavélique de partition du Mali et de restauration de l’ordre sociopolitique colonial et féodal dont notre pays s’est débarrassé le 22 septembre 1960 mais dont les nostalgiques rêvent de faire faire marche arrière à la Roue de l’Histoire.

5.Dans cette perspective, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè envisage d’organiser, le 20 janvier 2020, anniversaire de l’un des actes majeurs de l’affirmation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Mali, le 4ème Round des Forces Vives de la Nation en vue de convenir du Manifeste de la Nation-Etape Nouvelle comme expression solennelle de la volonté de notre Peuple de reprendre son destin en main et de défendre sa Constitution démocratique face à l’assaut des forces séparatistes et des milieux hostiles tant à la laïcité de l’Etat républicain et démocratique qu’à la justice sociale.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

     Bamako, le 21 décembre 2019

     Pour le Bureau Politique National

     Le Secrétaire Général

     L’Ingénieur Soumana Tangara

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur le soit disant Dialogue National Inclusif

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) note que les conclusions et recommandations issues du soit disant Dialogue National Inclusif qui vient de s’achever à Bamako confirment la justesse des analyses du Parti de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien. 

En effet, l’énorme gaspillage d’argent public, de temps et d’énergie qu’a représenté cet immense show médiatique mettant en vedette des représentants non repentis de la nébuleuse séparatiste et djihadiste ne s’est résumé qu’en une vaine tentative de légitimation ex post de l’Accord antinational d’Alger et de son corollaire, le projet démocraticide et rétrograde de révision de la Constitution démocratique du 12 janvier 1992.
La CNAS-Faso Hèrè réaffirme que le seul sort que mérite l’Accord anti national d’Alger est, non pas une relecture pour le rendre « applicable », mais plutôt un rejet pur et simple car organisant un système confédéral comme antichambre de la sécession au profit d’un groupuscule sans légitimité. Elle réitère sa position maintes fois exprimée selon laquelle seul un Etat central fort peut concevoir et conduire les indispensables réformes politiques, économiques et sociales sans lesquelles les survivances féodales, esclavagistes et racistes étouffant l’énorme soif de justice sociale et de progrès de la jeunesse et des autres couches défavorisées et opprimées continueront à alimenter le cycle infernal de rébellion irrédentiste et séparatiste ayant Kidal comme épicentre.
Le projet rétrograde de tripatouillage de la Constitution démocratique du 12 janvier 1992 vise en outre à satisfaire les velléités restauratrices de forces néoconservatrices, obscurantistes, antirépublicaines et antidémocratiques nostalgiques de l’ordre sociopolitique colonial, féodal et esclavagiste dont notre Peuple s’est débarrassé le 22 septembre 1960.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè, le Parti de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien maintient qu’à ce jour personne n’a pu avancer un seul argument valable pouvant justifier une quelconque révision constitutionnelle. Au surplus, l’article 118 demeure un rempart infranchissable faisant échec à toute procédure de tripatouillage de la Constitution. Loin d’être un antidote permettant de contourner l’article 118, la soit disant « Armée reconstituée » composée, au terme de l’Entente du 15 juin 2015, à 80% d’éléments et d’ « officiers » - souvent d’origine étrangère- de l’actuelle CMA vient plutôt aggraver la menace réelle et imminente sur l’intégrité territoriale de la République du Mali. C’est le lieu de souligner, une fois de plus, que la CNAS-Faso Hèrè et ses partenaires regroupés au sein de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise) ont toujours soutenu que, bien que comportant un chapitre consacré au DDR, l’Accord antinational d’Alger organise en fait une vaste supercherie cousue de fil blanc au terme de laquelle les groupes armés, dont de nombreux déserteurs de l’Armée malienne , ne seront ni cantonnés ni a fortiori désarmés sous le camouflage protecteur mais translucide de mécanismes opérationnels de coordination (patrouilles mixtes), d’Armée malienne ‘’reconstituée’’ et de ‘’police territoriale’’.
Tout comme en 2017 sous la conduite de l’héroïque Plateforme An Tèè A Bana, le Peuple du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961 et du 26 mars 1991 continuera à faire échec aux plans antirépublicains et antidémocratiques des forces de la restauration néocoloniale et de leurs parrains extérieurs.
Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur le soit disant Dialogue National Inclusif

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè Dialogue politique

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè rappelle que, de concert avec ses partenaires réunis au sein de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise), il avait, dès le 5 avril 2012, préconisé la tenue d’un Congrès Extraordinaire du Peuple Malien. 

En outre, contrairement à une idée répandue dans certains milieux politiques, sociaux et médiatiques, c’est la CNAS- Faso Hèrè qui a, suivant le report sine die du scrutin législatif et la prorogation anticonstitutionnelle du mandat des Députés, recommandé, dès le 10 décembre 2018, que soit organisé un dialogue politique et social inclusif.
Toutefois, il est manifeste que le soit disant Dialogue National Inclusif tel qu’envisagé a pour seul objectif a) de donner un semblant d’onction populaire à l’Accord antinational d’Alger, lequel n’a été soumis pour approbation à aucune institution de la République et b) de faire avaliser un projet de révision constitutionnelle visant à restaurer l’ordre sociopolitique colonial.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè, le Parti de l’avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien, rappelle sa décision de ne pas prendre part au dit Dialogue National Inclusif.

Le Mali pour tous, des chances égales pour tous !
Bamako, le 13 décembre 2019
Pour le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè
Le Secrétaire Général


L’Ingénieur Soumana Tangara

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè 11122019

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) salue la décision, même tardive, du Président de la République et de son Gouvernement déclarant persona non grata l’ex-Chef du Bureau Régional de la Minusma et lui enjoignant de quitter le territoire national dans les 24 heures.
Le Bureau Politique National du Parti de l’avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien souhaite vivement que cette décision sera suivie par des actes clairs et fermes a) rappelant à tous les pays et Organisations multilatérales que l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale et internationale de la République dans ses frontières reconnues par l’ONU ne sont pas négociables, b) insistant sur une clarification des mandats des intervenants militaires extérieurs dans le sens d’un appui sincère et décisif aux efforts des Forces Armées et de Sécurité maliennes pour neutraliser toutes les forces négatives mettant en cause l’intégrité territoriale du Mali et la laïcité de notre Etat républicain et démocratique, c) revoyant de fond en comble la composition par nationalité du leadership politique et militaire de la Minusma pour la mettre en adéquation avec le principe cardinal d’universalité fondant l’ONU et, enfin d) exigeant de l’ex-puissance coloniale lors de la rencontre annoncée à Pau, mais qu’il convient de délocaliser à Tabancort ou au Burkina Faso, qu’elle proclame solennellement et publiquement la fin de ses accointances avérées avec les groupes armées séparatistes et la soumission de toutes ses opérations militaires au contrôle politique de l’Etat malien.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè réitère son appel pressant à toutes les Forces Vives de la Nation pour redoubler de vigilance, de détermination et d’unité d’action, sans atermoiements ni concessions, face aux groupes armés mettant en cause l’intégrité territoriale du Mali et la laïcité de l’Etat.
Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè 11122019