Accueil

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè suite à l’incendie du Marché de Médine

La Convention Nationale pour une Afrique Solidaire (CNAS- Faso Hèrè)  a appris avec émotion et consternation la triste nouvelle de l’incendie qui a ravagé le marché de Medina-Coura le mardi 19 septembre 2017.
La CNAS-Faso Hèrè exprime sa profonde compassion aux opérateurs économiques concernés.
Elle engage les pouvoirs publics à tous les niveaux-national, régional et local à prendre toutes les mesures requises pour moderniser et sécuriser les installations et équipements des marchés, prévenir autant que possible ce genre d’incendies dévastateurs et aider les opérateurs à reconstituer leurs stocks.
  Fait à Bamako, le 20 septembre 2017

Pour le Bureau Politique National
       Le Secrétaire Général

 

          Soumana Tangara

Communiqué de presse conjoint relatif au 50ème anniversaire de la Révolution du 22 Août 1967

        Peuple militant du Mali !
Voilà cinquante ans, jour pour jour, date pour date, répondant à l’appel des Forces Vives de la Nation et réaffirmant la volonté clairement et librement exprimée par notre Peuple le 22 Septembre 1960 de construire l’indépendance économique comme complément indispensable de l’indépendance politique, le Président Modibo Keïta engageait notre pays dans la voie de la Révolution. En ce jour historique du 22 Août 1967, le Président Modibo annonçait, entre autres, que « Ce qui est en cause est trop important…il s’agit en effet de l’avenir du Mali dont le sort, au demeurant, ne saurait être dissocié de celui de l’Afrique ; il s’agit de notre indépendance nationale qu’il nous faut sauvegarder par tous les moyens ; il s’agit enfin de jeter les bases d’une société juste, égalitaire où les mêmes chances seront données à tous, sans distinction… Il s’agit aussi de sauvegarder, d’assurer la continuité de notre unité nationale si essentielle pour le triomphe des combats difficiles qu’il nous reste à mener pour la promotion économique et social de notre pays  ». En outre, le premier Président de la République, Président du Comité National de Défense de la Révolution (CNDR), annonçait a)une lutte plus vigoureuse contre la corruption, b) la libération de la parole politique quoique à l’intérieur du Parti de l’Indépendance, creuset de l’unité nationale et, c) la poursuite d’une politique de coopération tous azimuts avec tous les pays du monde respectueux de la politique de neutralisme positif de la République du Mali.
Cinquante ans plus tard, il est remarquable de noter que les défis et orientations de la Révolution ainsi enclenchée restent d’actualité et revêtent même une plus grande acuité pour notre pays, le Mali. En effet, notre Peuple doit faire face au triple défi de 1) assurer une gouvernance politique, économique et financière vertueuse et efficace favorisant le progrès économique, la justice sociale, l’obligation de reddition de comptes pour tous dépositaires de la puissance et de l’argent publics et donnant des chances égales à tous et à toutes ; 2) consolider l’unité nationale et, enfin 3) restaurer et consolider l’indépendance nationale en harmonie avec l’inlassable quête d’unité africaine.
La déclaration présidentielle du 22 Août 1967 couronnait trois mois de forte mobilisation populaire. Cinquante ans plus tard, le Peuple militant du Mali vient , sous l’impulsion dynamique de la Plateforme démocratique et populaire ‘’ An tèè A Bana Touche pas à ma Constitution’’ regroupant, depuis trois mois et dans un bel élan patriotique et démocratique, partis et associations politiques, société civile, syndicats, artistes engagés et personnalités indépendantes, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, populations des villes, de la campagne comme de la Diaspora, de proclamer sa volonté inébranlable de a) sauvegarder sa Constitution démocratique face aux velléités monarchistes et antirépublicaines du régime issu des élections générales de 2013 ; b)exiger, telle une sentinelle vigilante et intraitable, une gestion transparente et efficace des ressources et des affaires publiques  fondée sur l’égalité des chances pour toutes les composantes et toutes les régions de la Nation; c) recouvrer sans délai et sans condition l’intégrité territoriale et la souveraineté pleine et entière du Mali ; d) préserver et consolider l’unité et la concorde nationales dans le respect de la diversité culturelle vivifiante comme socle de la solidarité nationale face aux défis du changement climatique et, enfin, e) donner à tous et à toutes, singulièrement à la jeunesse urbaine et rurale ainsi qu’aux femmes, aux travailleurs et aux entrepreneurs et aux producteurs créateurs de richesses et d’emplois, de nouvelles raisons de vivre et de croire à l’avenir radieux du Mali, un avenir qu’il nous revient de construire à l’aune de nos efforts propres et conjugués et de notre capacité à mobiliser l’énorme génie créateur de notre Peuple sous l’égide d’un leadership visionnaire, clairvoyant et efficace.
Le chant du 22 Août 1967 annonçait que, demain, « l’Afrique entière serait de l’essence » de la Révolution démocratique et populaire. En écho, la symphonie entonnée les 8 et 11 Juin 2017 par le Peuple malien sous l’égide de la Plateforme démocratique et populaire « An tèè A Bana Touche pas à ma Constitution » et mise en mouvement, à l’intérieur comme au sein de notre dynamique diaspora, le 17 Juin, les 1er et 15 Juillet ainsi que les 3 et 19 Août 2017 annonce que les Peuples africains sont déterminés à reprendre l’initiative face à toutes velléités de confiscation des acquis démocratiques à l’intérieur et de vassalisation venant de l’extérieur.
 Gloire éternelle au Président Modibo Keïta et à ses illustres compagnons de lutte !
     Victoire inéluctable au Peuple et aux forces républicaines, démocratiques et progressistes !
Honneur au Peuple militant du 22 Septembre 1960, du 22 Août 1967, du 26 Mars 1991 et du 19 Août 2017 !

Bamako, le 22 Août 2017
Les partis/associations politiques et organisations de la société civile signataires
Dénomination et/ou Sigle                                                                                           Signatures
o    Alliance des Mouvements pour la Conscientisation et la Formation des Jeunes (AMCFJ)    
o    Association FASO KANOU    
o    Convention Nationale pour une Afrique Solidaire –Faso Hèrè (CNAS-Faso Hèrè)    
o    Front Africain pour le Développement (FAD)    
o    Parti pour l’Indépendance, de  la Démocratie  et de la Solidarité (PIDS)    
o    Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA)   

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur les derniers développements de la crise dans le Nord du Mali

    Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) exprime sa plus vive préoccupation face aux récents développements de la crise secouant notamment les régions du Nord du Mali, plus particulièrement la succession d’évènements inquiétants autour de Kidal et de Menaka ce mois de juillet 2017.

     Dans ce contexte, la CNAS-Faso Hèrè rappelle à l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit:

1)     Dès le 23 février 2012, le Bureau Politique National avait mis en exergue le rôle historiquement trouble et troublant de l’ex-puissance colonisatrice dans la genèse et les derniers soubresauts de la rébellion armée récurrente dans le Septentrion malien, tout comme il avait dénoncé le marché de dupes conclu entre ladite puissance et le MNLA par rapport à la lutte contre AQMI;

2)     Tout en reconnaissant la nécessité d’un appui militaire extérieur à nos Forces Armées et de Sécurité, le Bureau Politique National a toujours insisté sur l’impérieuse nécessité pour le Gouvernement malien d’assurer le contrôle politique de toutes opérations militaires menées sur le territoire de la République du Mali;

3)     Dans le même ordre d’idées, le Bureau Politique National a, dès le 5 avril 2012, mis en garde contre le marché de dupes que la « communauté internationale » proposerait au Mali et consistant à aider notre pays à neutraliser les « djihadistes » pour remettre en selle les séparatistes, ce que le traitement « préférentiel » de Kidal a clairement mis en évidence ;

4)     En outre, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè a toujours dénoncé la naïveté (délibérée ?) des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations appelant à négocier avec les « groupes armés maliens qui accepteraient de se démarquer d’AQMI » ;

5)     Au surplus, la CNAS-Faso Hèrè et ses alliés regroupés au sein de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour le Sortie de crise) avaient, dès le 4 octobre 2012, pointé du doigt la responsabilité historique, politique, morale et légale de puissances étrangères dans la création des groupes djihadistes ainsi que leur utilisation et leur manipulation comme instrument de poursuite d’intérêts géopolitiques à travers le monde, y compris dans le Sahel;

6)     Enfin, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè a toujours insisté sur l’incontournable nécessité d’une appropriation nationale du processus de sortie de crise.

           En conséquence, la CNAS-Faso Hèrè dénonce :

a)     le silence assourdissant du Président de la République et du Gouvernement malien face aux derniers développements autour de Kidal et de Menaka ainsi que leur incapacité non seulement à prendre l’exacte mesure des enjeux de la crise du Nord, mais aussi à démontrer le leadership visionnaire, clairvoyant et ferme sans lequel le Mali continuera à être balloté au gré d’intérêts géostratégiques de diverses puissances extérieures;

b)     la politique de « deux poids deux mesures » de Barkhane et de la Minusma à la limite de la complicité active de ces deux Forces au profit de la nébuleuse séparatiste et djihadiste incarnée aujourd’hui par la CMA ; et, enfin,

c)     l’échec patent et prévisible de l’Accord d’Alger, cet Accord de la démission nationale transformant le Mali en un Condominium franco-algérien après avoir été négocié et signé sans l’aval du Peuple malien et sur son dos.

     Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè engage l’ensemble des Forces Vives de la Nation à redoubler de vigilance et de détermination pour faire échec aux forces antinationales, antirépublicaines et anti-démocratiques et leurs parrains extérieurs travaillant à la partition du Mali comme moyen de mainmise sur les ressources naturelles et stratégiques dont regorge le Septentrion malien.

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur les derniers développements de la crise dans le...

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant l’ignoble tentative d’assassinat du jeune bloggeur Madou Kanté

   Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) condamne avec la dernière rigueur l’ignoble tentative d’assassinat perpétrée dans la nuit du lundi au mardi 25 juillet 2017 contre le jeune bloggeur Madou Kanté dit Maréchal.
  La CNAS-Faso Hèrè estime que cet ignoble crime contre la personne humaine, la démocratie et la liberté d’expression est le résultat direct de la passiveté coupable frisant la connivence dont les pouvoirs publics ont fait preuve devant les menaces de mort proférées en public contre les animateurs des réseaux sociaux. En promettant d’ouvrir une enquête judiciaire contre le/les auteur(s) de cette inacceptable tentative d’assassinat d’un jeune citoyen malien, les pouvoirs publics ne font que se couvrir de ridicule étant entendu qu’ils auraient pu épargner à notre Peuple et à notre jeune démocratie cette dangereuse escalade de l’intolérance  et de la violence politique s’ils avaient tout simplement assumé leurs responsabilités politiques et légales en interpelant immédiatement les auteurs et commanditaires bien identifiés des menaces de mort.   
   Le Bureau Politique National invite tous les militants et militantes de la CNAS-Faso Hèrè ainsi que tous les maliens et maliennes membres de la Plateforme démocratique et populaire « An tèè A Bana ! Touches pas à ma Constitution » à redoubler de vigilance et de détermination pour assurer la victoire finale du Peuple et la sauvegarde de sa Constitution démocratique de 1992 face aux forces obscurantistes et aux nostalgiques de l’ordre féodalo-colonial.

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant l’ignoble tentative d’assassinat du jeune...

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè saluant la Grande Marche Patriotique du 17 Juin 2017 contre le projet de révision constitutionnelle

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) salue le retentissant succès de la Grande Marche Patriotique du 17 Juin 2017 à travers laquelle le Peuple militant du Mali a clairement exprimé son opposition au projet démocraticide de révision de la Constitution démocratique du 12 Janvier 1992.
Il adresse ses compliments à la Plateforme «  An tèè, A bana » pour cette initiative populaire regroupant, au delà des clivages partisans, l’ensemble des forces vives de la Nation (société civile, syndicats, classe politique, artistes, personnalités indépendantes, etc.) autour de l’impérieuse nécessité de défendre et sauvegarder l’ordre démocratique, l’unité nationale, l’intégrité territoriale du Mali et la souveraineté du Peuple incarnée par la Constitution démocratique du 12 Janvier 1992.
Tout en saluant, d’une part la sage décision des pouvoirs publics de ne pas interdire cette grandiose manifestation et, d’autre part, l’attitude généralement calme des Forces de sécurité face à l’imposante marée humaine, la CNAS-Faso Hèrè rappelle que le droit de manifester pacifiquement et publiquement est l’une des conquêtes majeures et non négociables de la Révolution du 26 mars en matière de libertés publiques.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè remercie les membres du Bureau de Coordination de la Plateforme pour le magnifique travail de mobilisation et de sensibilisation accompli en l’espace de quelques jours à peine et avec des moyens plutôt modiques.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè félicite tout particulièrement les centaines de milliers de maliennes et de maliens, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes de toutes catégories socioprofessionnelles qui, bravant les rigueurs du carême et de la canicule, ont clamé avec force mais dans le calme et le respect de l’ordre public leur ferme opposition à un projet qui, en plus d’être anticonstitutionnel au regard de l’article 118 de la Constitution, est manifestement mal inspiré, inopportun, budgétivore, nostalgique de l’ordre sociopolitique colonial et attentatoire au caractère républicain, démocratique et laïc de l’Etat malien.
La Grande Marche Patriotique du 17 Juin confirme la volonté inébranlable du Peuple malien de s’opposer à toute velléité d’instauration au Mali d’une monarchie censitaire et héréditaire de droit supra-constitutionnel à durée illimitée au profit de forces obscurantistes et antirépublicaines parrainées de l’extérieur.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè demande instamment au Président de la République de renoncer purement, simplement et définitivement à son projet anticonstitutionnel de référendum et de privilégier, en toutes circonstances, le renforcement de l’unité nationale, la sauvegarde des acquis démocratiques et la défense de l’intérêt supérieur du Peuple malien.

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè saluant la Grande Marche Patriotique du 17 Juin 2017...