Accueil

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè relatif à l’attaque terroriste perpétrée le 1er novembre 2019 contre le camp militaire d’Indélimane dans le secteur de Ménaka

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) condamne sans réserve l’attaque terroriste perpétrée le 1er novembre 2019 contre le camp militaire d’Indélimane. Il présente ses condoléances les plus émues aux familles des victimes civiles et militaires. 

Le Parti de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien note avec consternation que la prétendue ‘’montée en puissance de l’Armée‘’ n’est qu’une vue de l’esprit qui cache mal l’incapacité avérée des pouvoirs publics et de la haute hiérarchie militaire à concevoir et à mettre en œuvre une stratégie efficace de défense du territoire national et de sécurisation des populations et de leurs biens.

Venant à la suite de graves revers militaires subis ces dernières semaines à Boulkessi et à Mondoro, la débâcle d’Indélimane illustre une fois de plus a) l’inadéquation du mandat de la MINUSMA car fondé sur une distinction artificielle et erronée entre ‘’groupes armés maliens’’ et ‘’groupes terroristes/djihadistes ‘’ ; b) l’inefficacité de la Force Barkhane et du G-5 Sahel ; c) le gaspillage de ressources que représentent à la fois la loi d’orientation et de programmation militaire telle qu’exécutée et le programme de formation de l’Union Européenne ; d) l’échec congénital patent de l’Accord antinational d’Alger et e) les conséquences catastrophiques d’une part, de la corruption, du népotisme et du patronage politique ayant largement caractérisé depuis fort longtemps les recrutements au sein des Forces Armées et de Sécurité et, d’autre part, de l’inflation des grades supérieurs en violation des normes techniques internationalement reconnues.

Enfin, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè rappelle qu’il a, dès 2012, toujours insisté sur l‘impérieuse nécessité d’une véritable appropriation nationale du processus de sortie de crise et d’un contrôle politique effectif de l’Etat malien sur l’ensemble des opérations militaires conduites par les différentes Forces extérieures intervenant sur le territoire national sous quelque mandat que ce soit.

Bamako, le 2 novembre 2019
Pour le Bureau Politique National
Le Secrétaire Général


Soumana Tangara