Accueil

Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur l’aggravation de l’insécurité au Mali

        Tout en rappelant que la sécurité des personnes des populations est un devoir essentiel de tout Etat, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) exprime sa vive préoccupation face à la détérioration de la situation sécuritaire dans notre pays et l’incapacité manifeste des pouvoirs publics à concevoir et à mettre en œuvre une stratégie efficace de neutralisation de divers groupes terroristes, djihadistes et de grands bandits semant la désolation dans toutes les zones du Mali.

     La CNAS-Faso Hèrè note en outre que, en plus des narcotrafiquants et des séparatistes armés, le grand banditisme enfourche désormais lui aussi la trompette du djihadisme pour perpétrer des actes ignobles contre de paisibles populations, des leaders locaux, les Forces Armées et de Sécurité et des symboles de l’Etat à travers le Mali.

Enfin, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè relève que les évènements survenus à Banamba dans la nuit du dimanche 6 novembre 2016 démontrent que la corruption de certains agents publics, quoique minoritaires, tapis notamment au sein de l’appareil judiciaire et sécuritaire nourrit le terrorisme et le grand banditisme.

   Face à l’aggravation de l’insécurité à travers le pays et tout en réitérant son soutien aux Forces Armées et de Sécurité confrontées à des menaces nouvelles et changeantes, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè engage instamment les pouvoirs publics à:

    Repenser de fond en comble le système de défense et de sécurité du pays, y compris la capacité nationale d’anticipation, d’alerte précoce et de réaction rapide ;
    Améliorer, à tous les niveaux, la qualité de l’encadrement et de la motivation patriotique des Forces Armées et de Sécurité ;
    Eradiquer la corruption et la vénalité dans tous les secteurs de la vie publique, y compris au niveau de l’appareil judiciaire et des services de sécurité ;
    Criminaliser le djihadisme ainsi que l’apologie du djihadisme et du terrorisme ;
    Renforcer l’arsenal juridique de répression du banditisme en considérant comme circonstance aggravante la simulation du djihadisme ;
    Organiser au niveau des localités et des quartiers un système de veille citoyenne favorisant une meilleure collaboration entre les populations et les services de renseignement.

Lire la suite : Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur l’aggravation de l’insécurité au Mali

Déclaration de l’ADPS sur les récents développements de la crise multidimensionnelle qui continue de secouer le Mali

Le Directoire de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise note avec consternation le silence assourdissant du Président de la République et de son Gouvernement face à la conférence de presse organisée le 27 septembre 2016 par l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique.
 En effet, à cette occasion, l’Ambassadeur américain a tenu des propos violant son devoir de réserve, outrepassant son rôle, violant les usages diplomatiques,  consistant à donner des ordres à l’Etat auprès duquel il est accrédité et équivalant à une immixtion grave dans les affaires intérieures d’un Etat qui, quoique fortement affaibli, n’en demeure pas moins un Etat souverain membre de l’Organisation des Nations Unies.
 L’ADPS note que, dans sa déclaration liminaire lue à cette occasion, le diplomate américain indique clairement être au courant des relations continuelles entre les groupes armés d’une part, et les groupes djihadistes et narcotrafiquants d’autre part, Or, curieusement, l’Ambassadeur américain s’abstient de les nommer et se contente d’agiter la vague menace d’hypothétiques sanctions internationales à leur encontre. En lieu et place d’une condamnation ferme des groupes armés séparatistes et djihadistes, il est fort regrettable que le représentant du Gouvernement américain concentre son courroux sur les groupes d’autodéfense patriotique attachés à la restauration de l’intégrité territoriale du Mali. Chose bien curieuse pour qui connait l’importance historique des milices dans la Guerre d’Indépendance des Etats-Unis d’Amérique et dans la Constitution de ce grand pays qui fut l’un des tout premiers à reconnaitre l’indépendance de la République du Mali.
 L’ADPS exprime son attachement à l’amitié et à la coopération entre le Mali et les Etats-Unis d’Amérique mais flétrit toute manipulation de l’aide financière extérieure comme moyen de pression ou de chantage sur l’Etat malien, nonobstant les errements de celui-ci en matière de gouvernance.
  Enfin, l’ADPS condamne avec la dernière rigueur la fuite en avant des pouvoirs publics qui, faisant fi de l’opposition ferme du Peuple malien et des mises en garde répétées des Forces Vives de la Nation, s’obstinent à vouloir mettre en place de soit disant « autorités intérimaires » qui ne sont qu’une prime flagrante à la rébellion armée et  au narcotrafic ainsi qu’une pièce essentielle du schéma diabolique de partition de la République du Mali.
  Tout en rappelant que, dès le 5 avril 2012, elle fut la première force politique à appeler à la convocation d’un Congrès Extraordinaire du Peuple malien pour rechercher une solution durable fondée sur l’appropriation nationale et démocratique du processus de sortie de crise et de profondes réformes démocratiques, économiques et sociales conduites par un Etat central fort et tendant à réduire les survivances esclavagistes, racistes et féodales qui sous-tendent les vagues successives de rébellion armée dans le Septentrion malien, l’ADPS réaffirme que le soutien de la communauté internationale doit consister essentiellement à aider l’Etat malien à neutraliser toutes les forces négatives, savoir, toutes forces menaçants l’intégrité territoriale du Mali dans ses frontières internationalement reconnues et le caractère républicain, démocratique et laïc de l’Etat malien.  
 Le Directoire de l’ADPS invite les Forces patriotiques, républicaines, démocratiques et progressistes à redoubler de vigilance et de détermination pour faire échec aux velléités de partition du Mali sur l’autel de convoitises internationales pour les énormes ressources stratégiques du Septentrion de notre pays.

Lire la suite : Déclaration de l’ADPS sur les récents développements de la crise multidimensionnelle qui continue...

Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè à l’occasion du 56ème anniversaire de la proclamation de l’Indépendance de la République du Mali

    Ce jeudi 22 septembre 2016, le Mali célèbre le 56 ème anniversaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale. Voilà 56 ans en effet, jour pour jour et date pour date, à l’issue du Congrès Extraordinaire de l’Union Soudanaise, section territoriale du RDA, ce grand mouvement panafricain qui a inspiré et organisé la lutte de nos Peuples pour reconquérir leur dignité et leur  liberté, le Président Modibo Keïta proclamait solennellement l’Indépendance de la République du Mali ainsi que la volonté du nouvel Etat souverain de construire son indépendance économique et de contribuer à l’unité africaine.
 C’est l’occasion pour le Bureau Politique National et l’ensemble des militantes et des militants de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) de saluer la mémoire de tous les martyrs tombés sur le champ de l’honneur dans leur lutte acharnée contre l’oppression et l’exploitation coloniales et pour l’affirmation de la personnalité africaine dans le concert des nations libres et éprises de paix. C’est aussi l’occasion de rendre à nouveau un hommage appuyé au Président Modibo Keïta et à ses illustres camarades de lutte, au nombre desquels de vaillantes femmes des villes comme de la campagne, qui n’ont ménagé aucun effort, aucun sacrifice pour la renaissance du Mali, l’édification d’une économie nationale indépendante et planifiée au service du Peuple malien tout entier, la sauvegarde de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Mali, la construction de l’unité africaine et la défense de la paix, de l’amitié et de la coopération entre les Peuples du monde entier.   
  Assumant pleinement l’héritage des pionniers de l’Indépendance et inscrivant son combat dans le sillage de la lutte pour l’édification d’une économie bénéficiant d’abord au Peuple malien, la CNAS-Faso Hèrè réaffirme son attachement inébranlable aux valeurs et aux idéaux du 22 septembre 1960 et du 26 mars 1991 ainsi que sa détermination à combattre la mauvaise gouvernance et la démission nationale sous toutes ses formes.
 En ces moments critiques de l’évolution historique de notre pays où de puissantes forces extérieures, subodorant nos énormes ressources naturelles (richesses minières du sous-sol, eaux souterraines, énergie solaire, position géostratégique de certaines localités, etc.) et s’appuyant sur des complices locaux cherchent à miner la souveraineté de l’Etat malien, à remettre en cause son intégrité territoriale, à saper l’unité nationale ainsi que le caractère laïc et unitaire de notre Etat républicain et démocratique, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè engage toutes les forces patriotiques, progressistes, républicaines et démocratiques à redoubler de vigilance et de détermination pour faire échec aux plans diaboliques des ennemis intérieurs et extérieurs du Peuple malien.
   Nos pères, mères et grands-parents ont, contre vents et marées, dignement accompli leur devoir de génération : arracher notre Peuple du joug colonial, tracer la voie de la construction nationale dans la justice sociale et la concorde nationale, frayer le chemin vers l’unité africaine et jeter les bases d’un Etat moderne fort, capable d’exercer sa souveraineté pleine et entière sur l’ensemble du territoire national.
  Il revient aux générations d’aujourd’hui et de demain d’accomplir elles-aussi leur devoir face à notre Peuple et face à l’Histoire : sauvegarder la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale du Mali, défendre et consolider le caractère républicain, démocratique, laïc et unitaire de l’Etat, maintenir et renforcer l’unité nationale, assurer la justice sociale et une gestion transparente et rigoureuse des affaires et des ressources publiques au bénéfice du Peuple, donner de nouvelles raisons de vivre et d’espérer à notre Jeunesse ainsi qu’aux femmes des milieux urbains et ruraux, construire le Mali de demain sur des bases solides en harmonie constante avec les idéaux du 22 septembre 1960 et du 26 mars 1991.
 A cet effet, la CNAS-Faso Hèrè réitère l’appel  que, le 5 avril 2012 déjà avec ses partenaires réunis au sein de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise), elle avait lancé à l’effet de convoquer sans délai un Congrès Extraordinaire du Peuple malien pour tracer ensemble les voies du renouveau démocratique et populaire au Mali.
  Ce combat pour un Mali fort et prospère dans un environnement de sécurité et dans une Afrique unie, la CNAS-Faso Hèrè le continuera sans relâche au coude à coude avec toutes les forces acquises au changement démocratique et déterminées à défendre la Constitution de janvier 1992 et tous les acquis de la lutte de notre Peuple et de l’Afrique pour revendiquer leur place, toute leur place, dans le concert des Nations libres et démocratiques.
                      Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun!

Lire la suite : Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè à l’occasion du 56ème anniversaire de la proclamation de...

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur l’importation et la vente de carburants toxiques en République du Mali

    Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) exprime sa plus vive préoccupation face aux résultats d’une enquête internationale faisant état d’importation et de mise en vente de carburants toxiques dans un certain nombre de pays africains, dont le Mali.
      Ces pratiques dangereuses pour la santé publique, l’environnement et l’état du parc véhicules dénotent non seulement la cupidité criminelle des compagnies pétrolières concernées et de leurs complices locaux, mais aussi et surtout la faiblesse des Etats africains et leur incapacité à fixer et à faire respecter des normes conformes aux standards internationaux en la matière.
  Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè invite instamment le Gouvernement de la République du Mali à 1) ouvrir sans délai une enquête nationale sur la qualité des carburants importés et mis en vente dans notre pays par toutes les compagnies pétrolières nationales ou étrangères intervenant sur le marché malien ; 2) relever de manière significative les normes nationales en la matière jusqu’au niveau des normes européennes ; 3) renforcer les capacités humaines, institutionnelles, techniques et logistiques ainsi que l’intégrité morale des services compétents de l’Etat (ONAP, DNCC, Douanes, Ministères en charge des mines, de la santé publique, de l’environnement, etc. etc.) en vue de détecter et de saisir les cargaisons de carburants toxiques à toutes les étapes de la chaine de l’importation et de la mise à la consommation et, enfin, 4) à sanctionner lourdement toutes compagnies pétrolières et tous autres intervenants impliqués dans ce véritable complot contre la santé publique, l’environnement et les intérêts des consommateurs maliens.
 Enfin, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè demande au Gouvernement de la République du Mali d’entamer toutes actions diplomatiques nécessaires auprès des autres Etats africains et de la communauté internationale en vue de déclarer comme crime contre l’humanité l’exportation à destination de l’Afrique de carburants toxiques ou ne répondant pas aux normes des pays d’origine des compagnies pétrolières étrangères concernées.

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur l’importation et la vente de carburants toxiques en...

Avis de décès

-Général Amadou Toumani TOURE, ancien Président de la République du Mali, Président de l’ex-Comité de Transition pour le Salut du Peuple(CTSP) ;
-Dr Soumana SAKO, ancien Premier Ministre, Chef du Gouvernement de Transition 1991-1992 de la République du Mali ;
-Tous les membres de l’ex-CTSP et du Gouvernement de Transition 1991-1992 de la République du Mali
ont la profonde douleur de vous faire part du décès de Monsieur Sada DIARRA, ancien Ministre de la Communication et Porte –parole du Gouvernement de Transition 1991-1992 du Mali, décès survenu le vendredi 9 septembre 2016 à Bamako.
 Les funérailles de l’illustre disparu, initiateur au Mali du briefing hebdomadaire de la presse sur les décisions du Conseil des Ministres, auront lieu le samedi 10 septembre 2016 à partir de 16 h à son domicile sis à Magnanbougou, Bamako.
A la famille durement éprouvée de leur regretté compagnon de lutte, ils adressent leurs condoléances les plus attristées.
Qu’Allah le Tout Puissant et Miséricordieux l’accueille  en son Paradis éternel ! Amen !

Bamako le 9 septembre 2016

Dr Soumana SAKO
Ancien Premier Ministre