Accueil

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant avec la dernière rigueur l’ignoble attentat terroriste perpétré ce jour contre un camp à Gao

 Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) condamne avec la dernière rigueur l’ignoble attentat terroriste perpétré ce matin contre un regroupement militaire à Gao. Il présente ses condoléances les plus émues aux familles des victimes et souhaite prompt rétablissement aux blessés.
  Au delà de l’hécatombe humaine qu’il a causée, cet attentat-kamikaze est symptomatique de l’insécurité persistante dans le Septentrion malien et devrait inciter à une refonte totale de la stratégie militaire et sécuritaire de notre pays, y compris la mission de Barkane et le mandat de la Minusma. En outre, il confirme l’incapacité congénitale de l’Accord d’Alger, y compris la formule mal inspirée de soit disant « patrouilles mixtes », à permettre à l’Etat malien d’assumer la plénitude de sa souveraineté sur l’ensemble du territoire national.
   La CNAS-Faso Hèrè insiste à nouveau sur l’impérieuse nécessité pour la République du Mali d’assumer le contrôle politique de toutes opérations militaires et sécuritaires et d’un désarmement complet et sans condition de tout groupe armé mettant en cause l’intégrité territoriale du Mali ou le caractère républicain, démocratique et laïc de l’Etat.

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant avec la dernière rigueur l’ignoble attentat...

Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè condamnant le communiqué conjoint signé entre le Gouvernement du Mali et celui de la Hollande sur le rapatriement des émigrés maliens vivant dans l’espace de l’Union Européenne.

 Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè condamne sans réserve le communiqué conjoint du 11 décembre 2016 signé entre le ministre des Affaires Etrangères de la République du Mali et son homologue du Royaume de Hollande agissant pour le compte de l’Union Européenne et de ses Etats membres.
     En effet, nonobstant les démentis plutôt embarrassés du Gouvernement malien, avec ledit communiqué qui a bel et bien valeur juridique au double plan national et international, le Mali détient désormais la triste palme du premier Etat africain à avoir succombé aux pressions et au jeu de dupes de l’Union Européenne concernant le rapatriement des émigrés africains en situation dite irrégulière.
      Par cette soumission aveugle à l’Union Européenne, le Gouvernement malien illustre une fois de plus son mépris souverain des intérêts du Mali et des maliens, y compris ceux de nos compatriotes de la diaspora, et son incapacité à tenir son rang dans les négociations internationales.
     Au lieu de rappeler à l’Union Européenne que l’émigration africaine en général, et celle en provenance du Mali en particulier, est largement la conséquence des relations économiques et sécuritaires inéquitables imposées à nos pays, le Gouvernement malien se précipite pour faire, à la place de l’Union Européenne et pour le compte de ses Etats membres, l’indigne besogne consistant à faciliter l’identification des émigrés et leur expulsion contre la scandaleuse promesse d’une aide financière. L’indignation du Peuple malien est d’autant plus grande et justifiée que les réalités de l’aide publique au développement sont telles que ces promesses financières ne seront jamais    tenues.
 En outre, ce scandaleux communiqué conjoint de la démission nationale s’ajoute au mutisme complice du Gouvernement malien devant l’expulsion d’émigrés maliens d’Algérie et les mauvais traitements qu’ils ont subis dans ce pays voisin pour l’indépendance duquel le Mali a payé et continue à payer le prix fort.
 Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè invite le Gouvernement malien à plus de lucidité et de fermeté dans la défense des intérêts bien compris du Mali et des maliens de l’Intérieur comme de la diaspora.

Lire la suite : Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè condamnant le communiqué conjoint signé entre le Gouvernement du...

Communiqué de presse de l’ADPS sur la disparition de Fidel Castro, chef de la Révolution cubaine

   L’Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise (ADPS) a appris avec une profonde affliction la triste nouvelle du décès du Leader Maximo Fidel Castro, ancien Président de Cuba et Chef de la Révolution cubaine.

A sa famille durement éprouvée ainsi qu’au Peuple et au Gouvernement de Cuba, l’ADPS adresse ses condoléances les plus émues.

Fidel Castro a grandement contribué à l’éveil des consciences des peuples opprimés et à la victoire des mouvements anticolonialistes anti apartheid en Afrique.

En dépit du blocus injuste et illégal imposé par la première puissance économique du monde, Cuba, sous la direction clairvoyante du Leader Maximo a enregistré des progrès remarquables notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé, toutes choses dont ont bénéficié de nombreux pays du Tiers Monde y compris le Mali.

L’ADPS est convaincue que l’héritage politique de Fidel Castro continuera à éclairer la voie du Peuple militant de Cuba vers des victoires plus éclatantes encore.

Dors en paix, El Commandante !

Lire la suite : Communiqué de presse de l’ADPS sur la disparition de Fidel Castro, chef de la Révolution cubaine

Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur les élections communales du 20 novembre 2016

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) note avec indignation que, en plus d’un inadmissible imbroglio politico-juridique, les élections communales du 20 novembre 2016 ont été caractérisées, notamment à Bamako, par des fraudes massives et une corruption à ciel ouvert qui ne font pas honneur à notre jeune démocratie.

L’achat des votes et le tripatouillage des procédures et des résultats électoraux auxquels se sont adonnés divers milieux, y compris certains se réclamant du Mouvement démocratique et d’autres groupes politiques dont l’opportunisme n’est plus à démontrer sont la conséquence directe de la trahison des idéaux et des valeurs de la Révolution du 26 mars 1991 par des clans mafieux qui, profitant de la misère du Peuple et des situations de rente qu’ils se sont taillées de par le contrôle de l’appareil d’Etat , cherchent à perpétuer leur emprise sur la vie politique et à empêcher toutes perspectives de changement réel et de progrès pour notre cher pays, le Mali.

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè invite toutes les forces patriotiques, progressistes, républicaines et démocratiques à redoubler de vigilance et de mobilisation pour faire échec aux velléités à peine voilées de confiscation de la démocratie et de transformation de notre système républicain en une ploutocratie mafieuse n’offrant aucune perspective de progrès pour notre Peuple, et particulièrement la jeunesse des villes et des campagnes.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Lire la suite : Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur les élections communales du 20 novembre 2016

Déclaration de l’ADPS sur l’imbroglio politico-juridique entourant les élections communales.

  Le Directoire de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise) constate que l’incompétence et l’incurie des pouvoirs publics ont abouti à la création d’un véritable imbroglio politico-juridique autour des élections communales.
 En effet, le collège électoral a été convoqué pour le 20 novembre 2016 sur base d’une loi électorale qui fut, entre temps, abrogée par la loi du 17 octobre 2016. Le décret de convocation dudit collège électoral étant ipso facto caduc, les élections qui se tiendraient le 20 novembre 2016 n’ont donc aucune base légale.
   Qui plus est, des listes de candidatures ont été invalidées sur base de la loi électorale du 17 octobre alors même que celle-ci ne peut pas être rétroactive.
    En outre, dans beaucoup de cas, à dessein ou par négligence intolérable, les pouvoirs publics entendent faire voter sur base de bulletins de vote non validés par les mandataires attitrés des listes en lice.
   Cet imbroglio politico-juridique vient s’ajouter à la tentative anticonstitutionnelle de mise en place de soit disant « autorités intérimaires » dépourvues de toute légitimité, désavouées par le Peuple du 22 septembre et auxquelles les pouvoirs publics s’évertuent vainement à trouver un semblant de légalité dans  l’Accord antinational d’Alger alors même que ledit Accord viole allègrement la Constitution de la République du Mali.  
   Le Directoire de l’ADPS prend l’opinion publique nationale et internationale à témoin quant aux risques graves que fait peser cet imbroglio politico-juridique sur la légalité, la légitimité et la transparence des élections communales.

Lire la suite : Déclaration de l’ADPS sur l’imbroglio politico-juridique entourant les élections communales.