Communiqué de Presse de la CNAS-Faso Hèrè sur l’adoption du projet de révision constitutionnelle par l’Assemblée Nationale

      Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè dénonce et condamne avec véhémence l’adoption par l’Assemblée Nationale du projet de révision de la Constitution démocratique du 12 janvier 1992.
      Après la signature voilà deux ans de cet acte de démission nationale que représente l’Accord d’Alger, la date du 3 juin 2017 marque une nouvelle étape dans le processus de démantèlement de l’unité nationale et de l’ordre démocratique par le régime issu des élections générales de 2013.
     En approuvant le projet démocraticide, anticonstitutionnel au regard de l’article 118, budgétivore, mal inspiré, totalement inopportun et  qui vise à restaurer l’ordre sociopolitique colonial, satisfaire les revendications de groupes armés esclavagistes et racistes dépourvus de toute légitimité interne et plier l’échine face aux injonctions des commanditaires étrangers de la rébellion séparatiste, les députés de la Mouvance présidentielle ont ainsi raté un important rendez-vous avec l’Histoire qui leur donnait l’occasion de démontrer que l’Assemblée Nationale n’était pas une chambre d’enregistrement.
    Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè engage les forces patriotiques, républicaines, démocratiques et progressistes à redoubler de mobilisation et d’unité d’action pour sauvegarder l’ordre démocratique, l’intégrité territoriale et la souveraineté du Mali ainsi que l’unité nationale en faisant échec au référendum prévu par le Gouvernement.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun!
Bamako, le 5 juin 2017
Pour le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè
Le Secrétaire Général

Soumana Tangara