Mise au point du BPN de la CNAS-Faso Hèrè : pas de consigne de vote au 1er tour !

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè et le Dr Soumana Sako, n'ont donné aucune consigne de vote pour le 1er tour de la présidentielle de juillet 2018. Les allégations consistant à faire croire que le Dr Soumana Sako soutient le candidat de l'URD Soumaïla Cissé, sont fausses et sans fondement!

Cellule Communication / CNAS-Faso Hèrè

Communiqué de presse du Bureau Politique National de de la CNAS-Faso Hèrè

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) a le profond regret d’informer ses militantes et militants ainsi que tous les membres du Front Populaire et tous les patriotes maliens de l’Intérieur comme de la Diaspora que, en raison de contraintes financières insurmontables à l’heure actuelle, le Dr. Soumana Sako ne sera pas candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018, et ce, certainement au grand soulagement des milieux mafieux nationaux, de leurs alliés obscurantistes et de leurs parrains extérieurs.

C’est le lieu pour le Parti d’attirer l’attention des Forces Vives de la Nation sur le risque sérieux que, si les tendances actuelles mettant l’argent au cœur des compétitions électorales se poursuivent, à terme seuls les barons de la drogue et les professionnels du détournement des deniers publics et des marchés publics fictifs, arrangés ou surfacturés pourront briguer le fauteuil présidentiel soit pour eux-mêmes soit pour leurs protégés ou protecteurs, toutes choses porteuses de grosses menaces pour la démocratie et la paix sociale.

La Direction Nationale du Parti de la clé ouvrant les portes du bonheur et de l’avenir radieux pour le Peuple malien tout entier remercie chaleureusement tous les conseillers communaux ayant offert leur parrainage. Elle exprime sa profonde gratitude aux militantes et militants du Front Populaire pour l’appel du 5 mai 2018 à la candidature du Dr. Soumana Sako, à toutes les personnalités de l’Intérieur et de la Diaspora ainsi qu’aux millions de nos compatriotes des villes, du monde rural et des pays du reste du monde qui, bravant la campagne féroce menée par les fossoyeurs de l’économie nationale et les ennemis de la démocratie et du progrès, ont toujours manifesté leur confiance dans l’homme d’Etat et le citoyen Soumana Sako. La victoire du Peuple est inéluctable, surtout si les forces de progrès resserrent leurs rangs pour présenter un front uni pour les scrutins de listes à venir (législatives, régionales et communales partielles).

   La CNAS-Faso Hèrè et le Front Populaire restent convaincus qu’à tous égards, le Dr. Soumana Sako est et demeure, de toute la classe politique active d’aujourd’hui, la valeur la plus sûre pour rendre à notre beau pays sa grandeur, son rayonnement, son intégrité territoriale, sa sécurité, l’autorité de l’Etat républicain avec des institutions fortes mais aussi des hommes forts capables de faire prévaloir la loi, la justice et l’ordre républicain, son unité nationale, la paix des cœurs et des esprits entre toutes les communautés, la souveraineté pleine et entière sur nos ressources nationales ainsi qu’en matière de défense et de sécurité dans l’ouverture maîtrisée sur le reste du monde, et conduire notre Peuple vers un progrès économique, social, culturel et technologique équilibré et durable bénéficiant à toutes les couches sociales, à toutes les régions ainsi qu’aux générations futures. La gestion de la transition économique et énergétique qu’imposent le changement climatique et la compétition que celui-ci exacerbe entre les communautés pour l’accès aux ressources en eau et en terres exige les qualités de leadership confirmé, de fermeté éclairée, de prise de décision efficace, de visionnaire et de sens de l’équité que même ses adversaires les plus farouches reconnaissent chez le Dr. Soumana Sako.  

   Incarnation crédible des valeurs et des idéaux du 22 septembre 1960 et du 26 mars 1991, premier civil Chef du Gouvernement malien après le Président Modibo Keïta, le Dr. Soumana Sako est conscient de la lourde responsabilité historique qui pèse sur ses épaules et celles de tous les militants et militantes de la CNAS-Faso Hèrè et du Front Populaire en tant que dépositaires de l’espoir de tout un Peuple, et particulièrement de la jeunesse des villes, de la campagne et de la Diaspora. A ce titre, il se met en réserve de la République et réaffirme sa disponibilité permanente pour servir sans faille l’intérêt supérieur du Peuple malien dans le contexte d’une Afrique unie et déterminée à assumer la maitrise de son destin dans le concert des nations libres, démocratiques et solidaires.  

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè réitère au Peuple laborieux du Mali son engagement intact, entier et permanent à œuvrer, en tandem avec toutes les forces patriotiques, progressistes, républicaines, démocratiques et panafricanistes, à la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit, à la conquête de la justice sociale, à l’instauration d’une gouvernance publique transparente, vertueuse, efficace et responsable luttant efficacement contre la corruption et la délinquance financière ainsi qu’ à la reconstruction de Forces Armées et de Sécurité républicaines, professionnelles, bien équipées, bien encadrées et bien motivées. Et précisément, la campagne ainsi avortée du Dr. Soumana Sako était conçue pour être placée sous le slogan mobilisateur et fédérateur suivant : « Retrouvons ce qui nous grandit en tant que Nation !» plus que jamais déterminée à construire ensemble, dans la réconciliation des cœurs et des esprits, notre bonheur individuel et collectif par le labeur, comme nous y invite notre hymne national, un avenir radieux créant des chances égales pour tous les citoyens/toutes les citoyennes, jugulant la crise de l’école et de l’emploi des jeunes et des moins jeunes, faisant de la femme une actrice et une bénéficiaire du développement, libérant l’énorme génie créateur de notre Peuple, y compris au niveau des collectivités et de la société civile, en le canalisant vers des objectifs positifs et socialement utiles et responsables, consolidant nos assises culturelles dans l’ouverture maîtrisée vers la civilisation de l’Universel, récompensant le travail bien fait, la prise de risques des investisseurs et autres opérateurs économiques nationaux socialement et écologiquement responsables qu’il convient d’accompagner sur le terrain de la compétition régionale et de la mondialisation, le mérite individuel et collectif, organisant la solidarité qu’il convient de ne pas confondre avec l’encouragement au parasitisme social, bannissant l’impunité et l’incivisme, restaurant la confiance dans les institutions républicaines et démocratiques et assurant à nos populations des villes, des centres semi-urbains, des villages et des zones nomades un environnement assaini et humainement vivable.

     Tout en souhaitant bonne chance à tous les candidats/toutes les candidates patriotes et vertueux, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè ne donne, à ce stade, aucune consigne de vote pour le premier tour tout en se réservant le droit de le faire en cas de deuxième tour. Il engage l’Etat, y compris le juge constitutionnel, ainsi que tous les acteurs politiques, électoraux et sociaux à œuvrer sincèrement pour des élections transparentes, équitables, régulières, inclusives car ouvertes à tous les citoyens/citoyennes en âge et en droit de voter, crédibles et apaisées sur l’ensemble du territoire national et dans les pays d’accueil de la Diaspora.

               Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune!

Fait à Bamako, le 28 juin 2018
(23 h 30 min)

Pour le Bureau Politique National

Le Secrétaire Général

Soumana TANGARA

Falan : Soumana Sacko offre une installation électrique solaire au centre de formation des femmes

Le samedi 02 juin 2018, Soumana Sacko  Président de la convention nationale pour une Afrique solidaire  CNAS-faso Hèrè, accompagné d’une délégation de son parti se rend à Falan, un village situé à 90 km de Bamako. C’était pour mettre en marche une installation électrique solaire  au centre de la formation des femmes dudit village. Un joyau qui coûte au président, une valeur de plus d’un demi-million de nos francs.

Cette initiative est née lors de la commémoration décalée des festivités du 8 mars de CNAS-Faso Héré fait le 17 mars 2018 à Falan, commune rurale de Bougoula. La population avait soumis au président  Sacko beaucoup de doléances dont l’électrification du centre de formation des femmes. Arrivé sur place, le très modeste président Soumana Sacko fut surpris par plusieurs dizaines de femmes  présentes pour l’accueillir  alors qu’il n’avait demandé  simplement que quelques-unes, en raison de l’occupation rurale en cette  période  hivernale. Les femmes se disaient que ce sacrifice était nécessaire  s’il s’agit de venir remercier un homme politique  par ses actions comme Soumana Sacko.

Pour le représentant du chef de village, Soma Doumbia, Soumana Sacko apparait sous notre regard comme un Lion, on peut ne pas l’avoir vu, mais de ne pas en entendre parler est faux. Soumana a déjà marqué l’histoire de notre pays par sa bonne gouvernance dans les circonstances critiques similaires à celles que nous vivons aujourd’hui. On ne peut que lui en remercier.

Quant à la présidente du regroupement des femmes Djénéba  Dembélé, cette action du président Soumana Sacko vient mettre fin à un handicap visible au niveau de la femme rurale. L’analphabétisme accroit de jour en jour en milieu rurale, parce que les obligations  quotidiennes de la femme ne la permettent pas de suivre les cours du jour comme les enfants. C’est une bonne chose si cette opportunité  lui est présentée après ses multiples  travaux, et dans un environnement  bien éclairé, cela ne peut que renforcer la quiétude.

Kadiatou Samaké habitante à Falan dira que les femmes doivent déjà beaucoup à Soumana Sacko puisque ce n’est pas tout le monde qui peut faire une promesse aujourd’hui et la tenir demain. Elle dit qu’en milieu rurale comme le leur, il faut comprendre qu’on ne peut pas cesser de solliciter davantage les bonnes œuvres de Soumana Sacko sachant que les autres ne s’y intéressent pas.  La présidente et les femmes du village promettent de récompenser celui qui les a soulagées de leur difficulté en votant pour lui.

Pour Mme Traoré Tieydo Ba, présidente des femmes de CNAS-Faso Héré, depuis notre arrivée première à Falan, nous nous sommes rendus compte des multiples difficultés dont souffre la population du village. Nous  en avons fait notre priorité mais,  l’électrification du secteur éducatif nous a paru plus urgente parce  que c’est le socle du développement. Mme Traoré dit aux femmes de faire bon usage avant l’arrivée certaine d’autres actions.

Après avoir appuyé  l’interrupteur en compagnie de la présidente du groupement des femmes, le président Soumana Sacko invitera les femmes à beaucoup plus de courage dans l’entretien du centre de formation et aussi à prendre au sérieux les instructions qui y sont dispensées. Selon lui, le Mali ne se limite pas à Bamako comme le pensent beaucoup de gens, il faut donc des actions de développement rural pour stopper l’exode massif des jeunes.

Le représentant de la jeunesse, Adama Coulibaly, dira qu’une action faite aux femmes est parallèlement faite à toute la communauté. Après les remerciements pour l’acquisition de la lumière, la population n’a pas hésité à mettre au clair  les difficultés qu’elle a pour avoir les cartes Nina. Beaucoup se sont plaints de ne l’avoir eu jusque là.

Soumana Sacko dit avoir noté avec grand intérêt toutes les doléances faites allant de la vie sociale aux problèmes de cartes Nina, il invite toutefois la population à beaucoup de civisme pour que les élections prochaines se fassent dans un climat de paix et de tranquillité. Il présente ses meilleurs vœux  pour un hivernage fructueux pour toutes les couches de la population. Pour finir, le président Soumana Sacko et sa délégation se sont rendus chez le chef de village pour des salutations et discuter de la prochaine action, celle  d’aménager un espace pour le maraichage des femmes.

Issa Djiguiba envoyé spécial à Falan
Source: Le Pays

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant les actes d’intimidation et de violence perpétrés contre le personnel des media à l’occasion de la marche du 2 juin 2018

 Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) condamne sans appel les actes d’intimidation et de violence physique perpétrés contre le personnel des media par certains éléments des Forces de Sécurité à l’occasion de la répression de la marche organisée le 2 juin 2018 à Bamako par une partie de l’Opposition et de la société civile.

 La CNAS-Faso Hèrè rappelle que la liberté de presse, d’information et d’opinion est garantie par la Constitution de 1992. Une presse libre est une composante essentielle de la démocratie et toute entrave au libre exercice de ce métier est une menace directe contre la démocratie.

 Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè engage le commandement des Forces de Sécurité à prendre les mesures les plus fermes pour empêcher et, le cas échéant, punir sévèrement tous actes d’intimidation ou de violence verbale ou physique commis sur des représentants des media par des éléments de la Sécurité.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune!

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant les actes d’intimidation et de violence...

Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur la répression de la marche du 2 juin 2018 pour des élections transparentes

        Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) condamne avec la dernière rigueur la répression de la marche du 2 juin 2018 organisée par une partie de l’Opposition pour exiger que les élections programmées cette année soient transparentes et crédibles et que les antennes de l’ORTM soient équitablement ouvertes à l’expression de tous les courants politiques respectueux de la Constitution.
      Il rappelle que la liberté de manifestations publiques pacifiques est un droit inaliénable consacré par la Constitution du 12  janvier 1992 dont la jouissance n’est soumise à aucune autorisation préalable des pouvoirs publics.
  La CNAS-Faso Hèrè souhaite prompt rétablissement à tous les blessés, civils ou en uniforme, et affirme que, dans le système démocratique même imparfait en vigueur dans notre pays depuis la Révolution du 26 mars 1991, la violence physique n’a aucune place dans l’espace politique.
    Le Mali se trouve à quelques semaines d’élections cruciales pour son avenir. Il importe donc que toutes les parties concernées s’investissent sincèrement afin d’éviter que les passions et rivalités politiques marquant généralement ce genre de périodes ne débordent et ne remettent davantage en cause la tranquillité publique et la concorde nationale déjà mises à mal dans plusieurs zones de notre pays. Dans ce contexte, il revient principalement aux pouvoirs publics de veiller, sans entraves inutiles, au respect strict des libertés publiques fondamentales, et de faire preuve de retenue dans toute la mesure compatible avec le respect de l’autorité de l’Etat démocratique. En outre, c’est au Président de la République et à son Gouvernement de prendre, dans un esprit de concertation sincère avec toutes les parties prenantes, toutes les mesures requises pour la tenue dans les délais constitutionnels d’élections transparentes, libres, inclusives et crédibles dans un environnement sécuritaire apaisé sur l’ensemble du territoire national.
   Enfin, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè fustige la politique de censure flagrante, par les media d’Etat et singulièrement l’ORTM, des activités et communications légales des partis politiques et des acteurs de la société civile non membres de la majorité présidentielle. L’accès équitable de tous les courants d’opinions politiques aux media d’Etat étant une exigence normale dans un régime démocratique, il importe que les pouvoirs publics mettent fin sans délai aux pratiques d’un autre âge en vigueur au sein des media d’Etat.  

              Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Lire la suite : Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur la répression de la marche du 2 juin 2018 pour des élections...