Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant l’odieux massacre de civils à Ogossagou, cercle de Bankass

Le Bureau Politique National de la Convention Nationale pour une Afrique Solidaire (CNAS-Faso Hèrè) exprime sa profonde indignation face à l’odieux massacre perpétré à Ogossagou le samedi 23 mars 2019 par des hordes criminelles contre de paisibles populations civiles. Cet acte ignominieux, qui a fait plus d’une centaine de victimes et de nombreux blessés, vient tragiquement allonger la longue et macabre liste de pertes en vies humaines, de destruction du tissu économique et de dislocation du tissu social et culturel dans une zone naguère caractérisée par une coexistence harmonieuse entre diverses communautés et divers modes de production et d’activités socio-économiques. 

Les douloureux évènements de Ogossagou traduisent l’échec du ‘’plan de sécurisation du Centre’’ et engagent la responsabilité des pouvoirs publics au plan national, régional et local. Ils doivent interpeller aussi la conscience de tous les maliens et de toutes les maliennes soucieux de voir notre pays retrouver rapidement la voie de l’unité et de la concorde nationales. A l’unisson, toutes les Forces Vives de la Nation doivent condamner sans appel l’indicible furie criminelle qui vient de s’abattre sur cette localité du cercle de Bankass et exiger que les auteurs, commanditaires et complices en soient activement recherchés et punis avec toute la rigueur de la loi.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè présente ses condoléances les plus émues aux familles durement éplorées et souhaite prompt rétablissement aux blessés.
La CNAS-Faso Hèrè attire l’attention de tous nos compatriotes sur l’impérieuse nécessité pour notre Peuple de se ressaisir au moment où des forces plus ou moins obscures et leurs alliés locaux et extérieurs veulent l’entraîner au bord du précipice. Tout en reconnaissant que le changement climatique contribue à intensifier la compétition pour l’accès aux ressources économiques et leur contrôle (eaux, terres de cultures ou d’élevage, aires de chasse ou de pêche, etc., etc.), aucun segment de notre population n’a rien à gagner d’une guerre fratricide entre communautés. Il urge donc de tout mettre en œuvre pour ramener sans délai la paix des cœurs et des esprits dans un environnement de sécurité pour tous et pour chacun sous l’égide d’un Etat central fort, impartial, présent, proactif et non prédateur.

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè condamnant l’odieux massacre de civils à Ogossagou,...

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè félicitant nos Aiglons pour leur brillante victoire à la CAN Juniors de football 2019

Le Bureau Politique National et tous les militants et militantes de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) adressent leurs plus vives félicitations à nos valeureux Aiglons pour leur magnifique victoire à l’issue de l’édition 2019 de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Juniors. Ces félicitations bien méritées s’adressent également à l’encadrement technique et administratif, sans oublier les jeunes de Gao qui ont tenu à être présents à Niamey pour manifester leur soutien à nos jeunes footballeurs.
La CNAS-Faso Hèrè souhaite vivement que les Aigles séniors emboîtent le pas à leurs cadets et que la concorde revienne au sein de la grande famille du football malien, afin de donner à notre Peuple, qui en a tant besoin, des occasions de réjouissances collectives à partir desquelles se ressourcer pour relever, dans l’unité nationale et la vérité, les nombreux défis de l’heure et regarder l’avenir avec beaucoup plus de confiance.
Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè félicitant nos Aiglons pour leur brillante victoire à...

Communiqué du 20 janvier 2019 de la CNAS-Faso Hèrè sur les nouvelles velléités de tripatouillage de la Constitution démocratique du 12 janvier 1992

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) met solennellement les pouvoirs publics en garde contre toute velléité de révision de la Constitution démocratique du 12 janvier 1992 dans le seul but de satisfaire les revendications illégitimes de groupes armés dépourvus de toute représentativité et ramener au Mali l’ordre sociopolitique colonial au profit de forces sociales rétrogrades, féodales et esclavagistes naguère opposées à l’accession de notre pays à l’Indépendance et aujourd’hui hostiles aux valeurs de la République et à la démocratie.
La Constitution du 12 janvier 1992 n’est certes pas un Livre Saint, mais elle n’est pas non plus un chiffon de papier que l’on peut triturer à volonté sans raison valable. L’Histoire des Nations enseigne que la stabilité de la Constitution, loi fondamentale du pays, est une condition nécessaire à l’ancrage démocratique, à la solidité des institutions et au progrès économique et social car motif de confiance des acteurs politiques, économiques et sociaux.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè rappelle que la Constitution du 12 janvier 1992, fruit historique de la Conférence Nationale de juillet/août 1991, est l’acte fondateur de la IIIème République. Elle a servi, entre autres, de point de ralliement des forces républicaines, démocratiques et progressistes pour faire échec au coup d’Etat du 22 mars 2012. Pour sa sauvegarde face aux assauts de la restauration anti-démocratique et féodale, le Peuple malien, sous la conduite de la Plateforme An Tèè A Bana, a obligé les pouvoirs publics à reculer dans leur projet antirépublicain et anti-démocratique visant à remettre en cause les acquis démocratiques et populaires du 26 mars 1991.
Encore plus qu’hier, le Peuple militant du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961 et du 26 mars 1991 est déterminé à défendre sa Constitution démocratique et à faire échec à tout projet visant à embarquer le Mali dans une aventure mal inspirée et inutilement couteuse sous le prétexte fallacieux de corriger d’imaginaires « lacunes et insuffisances » que ses pourfendeurs n’arrivent pas à démontrer, alors même que des lois organiques voire ordinaires suffiraient pour prendre en charge certaines des préoccupations actuelles. Soit dit en passant, non seulement aucune constitution au monde ne peut gérer un coup d’Etat, lequel est par essence une négation même de toute constitution, mais la constitution malienne est la plus avancée au monde car elle fait du coup d’Etat un crime imprescriptible.
La CNAS-Faso Hèrè réaffirme solennellement que la crise multidimensionnelle que le Mali traverse n’est nullement imputable à la Constitution du 12 janvier 1992 ou à l’ordre démocratique qu’elle a instauré. En effet, ce sont des hommes et des femmes qui, par des pratiques politiques et institutionnelles violant la Constitution et à travers une abdication de leurs responsabilités, notamment pour n’avoir pas su endiguer la corruption généralisée de secteurs vitaux de l’Etat, jusque et y compris les Forces Armées et de Sécurité et la Justice, ont failli à leurs missions et créé les conditions non seulement d’un délitement de l’Etat, d’une perte de confiance du Peuple dans les institutions républicaines, mais aussi d’une intrusion de forces antirépublicaines et féodales dans le champ politique et d’une transformation de l’Etat en une ploutocratie à forts relents mafieux. En outre, avec l’Accord d’Alger et la menace réelle et imminente qu’il fait peser sur l’unité nationale, la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali, les pouvoirs publics ont manifestement violé la Constitution et créé le désarroi dans l’esprit des couches populaires. La nouvelle velléité de tripatouillage de la Constitution du 12 janvier 1992 est une nouvelle tentative désespérée visant à tordre le cou à la Loi Fondamentale du pays pour « blanchir » l’Accord antinational d’Alger, une manœuvre cousue de fil blanc et vouée à l’échec car le Peuple malien n’est pas dupe.
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè invite instamment le Président de la République et son Gouvernement à se concentrer sur les vraies priorités du Mali et à renoncer définitivement à toute tentative hasardeuse de tripatouillage de la Constitution pour épargner à notre Peuple meurtri de nouvelles convulsions dont il n’a point besoin.
La CNAS-Faso Hèrè invite l’ensemble des forces patriotiques, progressistes, républicaines et démocratiques à rester vigilantes et mobilisées pour la défense et la promotion des valeurs du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961 et du 26 mars 1991.
Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Lire la suite : Communiqué du 20 janvier 2019 de la CNAS-Faso Hèrè sur les nouvelles velléités de tripatouillage...

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè à l’occasion de la fête de l’Armée

         A l’occasion du 20 janvier 2019 le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) adresse ses vives félicitations aux Forces Armées et de Sécurité du Mali.

Le 20 janvier 1961, le Président Modibo Keïta informait l’opinion nationale et internationale de la décision de la République du Mali de faire évacuer les bases militaires que l’ex-puissance coloniale détenait sur le territoire de notre Etat nouvellement indépendant. Une telle décision hautement patriotique, courageuse et visionnaire confirmait, s’il en était besoin, la volonté du Mali d’assurer la plénitude de sa souveraineté nationale et internationale, de n’être inféodé à aucune puissance étrangère et de mener une politique de non alignement à l’égard des blocs militaires.

Instrument de souveraineté par excellence, les Forces Armées et de Sécurité méritent tout l’appui du Peuple dans la conduite de leur délicate et périlleuse mission.

La CNAS-Faso Hèrè assure nos compatriotes en uniforme de son soutien total dans la défense de l’intégrité territoriale du Mali et des institutions démocratiques dont notre Peuple s’est doté depuis le 26 mars 1991.

Bonne fête aux Forces Armées et de Sécurité du Mali !

Gloire éternelle au Président Modibo Keïta et à tous ses compagnons de la lutte pour l’indépendance réelle du Mali

                        Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Lire la suite : Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè à l’occasion de la fête de l’Armée

Message de vœux de la CNAS-Faso Hèrè au Peuple malien au seuil du Nouvel An 2019

Au seuil du nouvel an 2019, le Bureau Politique National et tous les militants et militantes de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) adressent à l’ensemble du Peuple malien leurs vœux les plus ardents de bonheur et de prospérité.

Que l’année nouvelle apporte à tous les maliens et à toutes les maliennes de nouvelles raisons de se remobiliser pour permettre au Mali de retrouver sa souveraineté pleine et entière sur l’ensemble de son territoire et de ses ressources, préserver son Etat républicain et démocratique face aux assauts effrénés des forces nostalgiques de l’ordre sociopolitique colonial et raffermir les bases de l’unité et de la concorde nationales.
Gloire et Victoire au Peuple !
Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune!


Bamako, le 1er janvier 2019
Pour le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè
Le Secrétaire Général

L’Ingénieur Soumana Tangara