Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur la cascade de grèves illimitées dans divers secteurs de la vie nationale

      Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) exprime sa vive préoccupation face à l’avalanche de grèves illimitées dans divers secteurs névralgiques de la vie nationale au Mali et au mutisme assourdissant des pouvoirs publics devant la détresse populaire qui en découle et l’impact économique, humain et social qu’elles occasionnent. La détérioration du climat social qui en résulte dénote le manque de prévoyance et le pilotage à vue caractérisant le mode de gouvernance du régime actuel.
     Tout en rappelant que le dialogue social, à ne pas confondre avec la prise en otage de l’Etat et du Peuple par des intérêts corporatistes, le droit de grève assorti de l’obligation légale du service minimum et le droit des citoyens à l’information sont une composante essentielle du jeu démocratique, la CNAS-Faso Hèrè exhorte les autorités nationales et les partenaires sociaux à rechercher sans délai des réponses adéquates, crédibles, durables et globales aux revendications syndicales en tenant compte des orientations suivantes :
1)    Amélioration significative mais progressive des conditions de vie et de travail de tous les agents civils et militaires de l’Etat en fonction a) des possibilités financières à court, moyen et long terme de l’Etat ; b) de la nécessité d’établir un ratio convenable entre dépenses de consommation et dépenses d’équipement dans la budget de l’Etat et c) d’une gestion rigoureuse de l’économie nationale, les comparaisons internationales devant se baser non pas sur les revenus et prix nominaux mais plutôt sur le concept de pouvoir d’achat;
2)    Adoption de critères de performance individuelle et collective et d’un baromètre mesurant la qualité et la transparence du service public ainsi que le degré de satisfaction des usagers;
3)     Adoption et mise en œuvre de réformes structurelles endogènes, y compris au niveau de tous les secteurs de l’Administration publique, axées sur l’efficacité économique et la justice sociale, favorisant les gains de productivité, le travail bien fait, la fin de l’impunité ainsi que l’obligation de résultat pour tous les agents de l’Etat;
4)    Adoption d’un Pacte Social Global encadrant le dialogue social et la gestion des revendications et,
5)    Renforcement des capacités de négociations sociales des cadres des ministères, notamment ceux en charge du Travail, des Finances et de la Fonction Publique.   

   Tout en invitant la classe politique à ne pas céder à la tentation facile d’une exploitation politicienne de la détresse sociale, la CNAS-Faso Hèrè rappelle que le maintien d’un climat serein et apaisé indispensable à la relance économique et au progrès social est de la responsabilité première du Président de la République et de son Gouvernement.  

              Fait à Bamako, le 24 mars 2017
               Pour le Bureau Politique National
               Le Secrétaire Général


               Soumana Tangara