Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur la recrudescence d’attaques et d’attentats terroristes dans des zones du Centre et du Nord du Mali

  Le Bureau Politique National et l’ensemble des militants et des militantes de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) condamnent avec la dernière rigueur la récente vague d’attaques et d’attentats terroristes qui vient de s’abattre sur d’innocentes populations civiles a Toubacoro et à Boni ainsi que sur des positions des Forces Armées et de Sécurité du Mali à Youwarou, Soumpi et Menaka.
  Ils présentent leurs condoléances les plus émues aux familles des victimes civiles et militaires et souhaitent prompt et complet rétablissement aux blessés.


  Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè réaffirme son soutien total à nos vaillantes Forces Armées et de Sécurité qui, dans des conditions extrêmement difficiles et éprouvantes, continuent à défendre les populations et le territoire national. Il engage toutes les populations civiles à donner aux Forces Armées et de Sécurité toute l’assistance requise pour prévenir ces ignobles attaques et neutraliser les groupes terroristes.


  La CNAS-Faso Hèrè demande instamment au Président de la République ainsi qu’à son Gouvernement et aux hauts responsables de l’appareil militaire et sécuritaire de tout mettre en œuvre pour doter les Forces Armées et de Sécurité de stratégies efficaces tenant compte de la nature changeante et multiforme de l’ennemi et de ses appuis intérieurs et extérieurs.  


  Enfin, tout en rappelant qu’il a, dès 2012, insisté sur l’impérieuse nécessité d’une appropriation nationale du processus de sortie de crise, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè s’interroge sur le rôle réel des Forces telles que Barkhane et la Minusma face à la dégradation continue de la situation sécuritaire au Mali.

Lire la suite : Déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur la recrudescence d’attaques et d’attentats terroristes dans...

Communiqué de presse du Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè

    
Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire), Avant-garde du Peuple malien, s’est réuni en session spéciale le vendredi 19 janvier 2018 au siège du Parti sis à Hamdallaye sous la présidence de l’Ingénieur Soumana Tangara. L’ordre du jour portrait essentiellement sur les échéances électorales de l’année 2018. La réunion a pris les principales décisions suivantes:


1.    Tous les membres du Bureau Politique National sont invités à se présenter à au moins l’un des scrutins de listes (communales partielles, locales, régionales et législatives) prévus cette année.

2.    Le Bureau Politique National a remembré la Cellule Nationale de Coordination des Campagnes Electorales  ainsi que le Panel chargé de la stratégie d’alliances, de la recherche des parrainages et de la mobilisation des ressources matérielles et financières, en y augmentant la représentation des femmes et des jeunes.
Dans ce contexte, le Bureau Politique National a rappelé que sa stratégie d’alliances électorales est guidée pa! r une prise en compte de ses valeurs et orientations politiques ainsi que des réalités du terrain.


3.    Conformément aux nouveaux Statuts du Parti adoptés à l’issue du 2ème Congrès Ordinaire de décembre 2016, une Conférence Nationale des Cadres se tiendra en mars 2018 pour investir le candidat/la candidate que le Parti présentera à l’élection présidentielle de cette année.

Dans ce contexte, le Bureau Politique National est appelé à mettre tout en œuvre pour redynamiser le Front Populaire, Pôle de la Gauche patriotique, républicaine, démocratique, progressiste, sociale et panafricaine en vue de réaliser un vaste regroupement des Forces politiques et sociales du Progrès, gage de la victoire du Peuple au scrutin présidentiel ainsi qu’aux autres échéances ! électorales de l’année.
 
4.    Le Bureau Politique National a rappelé qu’en son temps, la CNAS-Faso Hèrè et ses partenaires de l’ADPS avaient dénoncé non seulement le Code électoral d’Octobre 2016 qui, en portant à FCFA 25 millions la caution pour l’élection présidentielle, transforme notre jeune démocratie quoiqu’imparfaite en une ploutocratie à forts relents mafieux, mais aussi celui de 2006 qui aggrave la corruption politique avec l’introduction du parrainage par les députés ou conseillers communaux.

5.    Le Bureau Politique National invite les Mouvements des Femmes et des Jeunes de la CNAS-Faso Hèrè à être plus présents sur le terrain ainsi que! dans les media, y compris les réseaux sociaux.
6.    Le Secrétariat à la Communication est chargé de prendre toutes les dispositions pratiques utiles en vue d’une traduction en langues nationales, notamment le Bamanankan, de l’interview que le Dr. Soumana Sako, Président d’honneur du Parti, a récemment accordée à Africable.


Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun et chacune!

Lire la suite : Communiqué de presse du Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur les évènements survenus à Abeibara dans la nuit du 23 au 24 octobre 2017

       Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) exprime sa plus vive émotion devant les conséquences du raid aérien effectué par l’Opération Barkhane contre un camp terroriste à Abeibara ayant causé la mort de 11 (onze) militaires maliens.
     Face à la controverse créée autour de cette tragédie, la CNAS-Faso Hèrè demande à l’Assemblée Nationale du Mali de diligenter une enquête parlementaire afin d’édifier le Peuple malien, à charge pour le Gouvernement malien d’en tirer, le cas échéant, toutes les conséquences diplomatiques et de droit vis-à-vis du Gouvernement de la République française.
     Par la même occasion, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè demande au Gouvernement malien d’informer la Nation sur le nombre exact de membres des Forces Armées et de Sécurité enlevés et détenus par divers groupes armés écumant plusieurs zones du Mali ainsi que sur les mesures envisagées pour restaurer l’autorité de l’Etat et la sécurité des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national.

                                                        Bamako, le 14 novembre 2017
                                                        Le Bureau Politique National
                                                     Le Secrétaire Général


                                                   L’Ingénieur Soumana Tangara  

Communiqué de presse de l’ADPS sur la situation du pays

 
 Le Directoire de l’Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise (ADPS) s’est réuni le vendredi 12 janvier 2018 au siège de la CNAS - Faso Hèrè sous la présidence du Dr. Soumana Sako.

   L’ordre du jour portait essentiellement sur la situation actuelle du pays au plan politique, sécuritaire, économique et social ainsi que sur les perspectives à court et moyen terme. La réunion a abouti aux principales conclusions suivantes:

1.    L’ADPS demande au gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires afin que le calendrier des échéances électorales de l’année 2018 (élections régionales, présidentielle et législatives) soit scrupuleusement établi et observé dans le strict respect des dispositions constitutionnelles.
2.    L’ADPS exige du Gouvernement que soient réunies les conditions législatives, réglementaires, techniques et pratiques requises pour la transparence, la fiabilité et la crédibilité de l’ensemble des scrutins. Le Directoire insiste particulièrement sur l’impérieuse nécessité de disposer d’un fichier électoral exhaustif et transparent et de mesures fiables contre la fraude (bulletins pré-votés, cartes NINA parallèles, votes multiples; etc.), l’achat des voix et l’utilisation abusive des moyens matériels ou immatériels de l’Etat pour influencer l’électorat.

3.    D’ores et déjà, l’ADPS rappelle que la responsabilité première du respect du calendrier électoral et de scrutins apaisés dans un environnement sécuritaire tranquille incombe au Président de la République et à son Gouvernement.

4.    Le Directoire de l’ADPS invite l’électorat à tirer les leçons des scrutins antérieurs, notamment ceux de 2013, et à ne plus céder à l’influence pernicieuse des forces antirépublicaines  et antidémocratiques largement responsables de l’impasse dans laquelle le Mali se trouve plongé aujourd’hui.

5.    L’ADPS exprime sa vive préoccupation face à la situation qui prévaut actuellement au sein de la CAFO et aux graves risques qu’elle fait courir à la stabilité du pays.

6.    Le Directoire de l’ADPS rappelle aux pouvoirs publics que le droit de manifester publiquement mais pacifiquement est garanti par la Constitution. Dans ce contexte, l’ADPS condamne énergiquement la vague déferlante de répression indiscriminée et injustifiée qui s’est abattue ces derniers temps sur divers groupes sociaux. L’ADPS dénonce  tout particulièrement le caractère ironiquement tragique de la violente répression d’une marche pacifique de femmes manifestant précisément contre la violence faite aux femmes.   

7.    L’ADPS réitère son appel à une vaste mobilisation des Forces Vives de la Nation pour sauvegarder les acquis démocratiques face à l’assaut débridé et sauvage des forces restauratrices, obscurantistes, antirépublicaines, antidémocratiques, séparatistes et néocoloniales.

Lire la suite : Communiqué de presse de l’ADPS sur la situation du pays

Communiqué de presse de l’ADPS condamnant les attaques perpétrées contre la radio Kayira de Koutiala

  L’Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise (ADPS) condamne sans réserve les actes de violences perpétrées contre la radio Kayira de Koutiala et exprime sa plus vive préoccupation face à la vague d’intimidation verbale ou physique dont le monde des media fait l’objet depuis un certain temps déjà.
  Il revient aux pouvoirs publics de tout mettre en œuvre pour assurer la protection des media, toutes orientations politiques confondues, et l’exercice normal des libertés fondamentales consacrées par la Constitution démocratique du 12 janvier 1992.
 Notant que les attaques injustifiables contre Kayira et les actes d’intimidation verbale ou physique contre le monde des media s’inscrivent dans un contexte politique marqué par une offensive à outrance des forces obscurantistes et restauratrices contre la Révolution du 26 mars 1991 et ses acquis démocratiques, au nombre desquels figurent en bonne place la liberté d’opinion et d’expression ainsi que la libération des ondes, l’ADPS invite l’ensemble des forces patriotiques, progressistes, républicaines et démocratiques à redoubler de vigilance et de détermination pour la défense des libertés fondamentales que le Peuple militant a arrachées de haute lutte.

Bamako, le 10 novembre 2017

Pour le Directoire de l’ADPS
Le Conseiller Politique


Lamine Coulibaly