Communiqué de presse conjoint relatif au 50ème anniversaire de la Révolution du 22 Août 1967

        Peuple militant du Mali !
Voilà cinquante ans, jour pour jour, date pour date, répondant à l’appel des Forces Vives de la Nation et réaffirmant la volonté clairement et librement exprimée par notre Peuple le 22 Septembre 1960 de construire l’indépendance économique comme complément indispensable de l’indépendance politique, le Président Modibo Keïta engageait notre pays dans la voie de la Révolution. En ce jour historique du 22 Août 1967, le Président Modibo annonçait, entre autres, que « Ce qui est en cause est trop important…il s’agit en effet de l’avenir du Mali dont le sort, au demeurant, ne saurait être dissocié de celui de l’Afrique ; il s’agit de notre indépendance nationale qu’il nous faut sauvegarder par tous les moyens ; il s’agit enfin de jeter les bases d’une société juste, égalitaire où les mêmes chances seront données à tous, sans distinction… Il s’agit aussi de sauvegarder, d’assurer la continuité de notre unité nationale si essentielle pour le triomphe des combats difficiles qu’il nous reste à mener pour la promotion économique et social de notre pays  ». En outre, le premier Président de la République, Président du Comité National de Défense de la Révolution (CNDR), annonçait a)une lutte plus vigoureuse contre la corruption, b) la libération de la parole politique quoique à l’intérieur du Parti de l’Indépendance, creuset de l’unité nationale et, c) la poursuite d’une politique de coopération tous azimuts avec tous les pays du monde respectueux de la politique de neutralisme positif de la République du Mali.
Cinquante ans plus tard, il est remarquable de noter que les défis et orientations de la Révolution ainsi enclenchée restent d’actualité et revêtent même une plus grande acuité pour notre pays, le Mali. En effet, notre Peuple doit faire face au triple défi de 1) assurer une gouvernance politique, économique et financière vertueuse et efficace favorisant le progrès économique, la justice sociale, l’obligation de reddition de comptes pour tous dépositaires de la puissance et de l’argent publics et donnant des chances égales à tous et à toutes ; 2) consolider l’unité nationale et, enfin 3) restaurer et consolider l’indépendance nationale en harmonie avec l’inlassable quête d’unité africaine.
La déclaration présidentielle du 22 Août 1967 couronnait trois mois de forte mobilisation populaire. Cinquante ans plus tard, le Peuple militant du Mali vient , sous l’impulsion dynamique de la Plateforme démocratique et populaire ‘’ An tèè A Bana Touche pas à ma Constitution’’ regroupant, depuis trois mois et dans un bel élan patriotique et démocratique, partis et associations politiques, société civile, syndicats, artistes engagés et personnalités indépendantes, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, populations des villes, de la campagne comme de la Diaspora, de proclamer sa volonté inébranlable de a) sauvegarder sa Constitution démocratique face aux velléités monarchistes et antirépublicaines du régime issu des élections générales de 2013 ; b)exiger, telle une sentinelle vigilante et intraitable, une gestion transparente et efficace des ressources et des affaires publiques  fondée sur l’égalité des chances pour toutes les composantes et toutes les régions de la Nation; c) recouvrer sans délai et sans condition l’intégrité territoriale et la souveraineté pleine et entière du Mali ; d) préserver et consolider l’unité et la concorde nationales dans le respect de la diversité culturelle vivifiante comme socle de la solidarité nationale face aux défis du changement climatique et, enfin, e) donner à tous et à toutes, singulièrement à la jeunesse urbaine et rurale ainsi qu’aux femmes, aux travailleurs et aux entrepreneurs et aux producteurs créateurs de richesses et d’emplois, de nouvelles raisons de vivre et de croire à l’avenir radieux du Mali, un avenir qu’il nous revient de construire à l’aune de nos efforts propres et conjugués et de notre capacité à mobiliser l’énorme génie créateur de notre Peuple sous l’égide d’un leadership visionnaire, clairvoyant et efficace.
Le chant du 22 Août 1967 annonçait que, demain, « l’Afrique entière serait de l’essence » de la Révolution démocratique et populaire. En écho, la symphonie entonnée les 8 et 11 Juin 2017 par le Peuple malien sous l’égide de la Plateforme démocratique et populaire « An tèè A Bana Touche pas à ma Constitution » et mise en mouvement, à l’intérieur comme au sein de notre dynamique diaspora, le 17 Juin, les 1er et 15 Juillet ainsi que les 3 et 19 Août 2017 annonce que les Peuples africains sont déterminés à reprendre l’initiative face à toutes velléités de confiscation des acquis démocratiques à l’intérieur et de vassalisation venant de l’extérieur.
 Gloire éternelle au Président Modibo Keïta et à ses illustres compagnons de lutte !
     Victoire inéluctable au Peuple et aux forces républicaines, démocratiques et progressistes !
Honneur au Peuple militant du 22 Septembre 1960, du 22 Août 1967, du 26 Mars 1991 et du 19 Août 2017 !

Bamako, le 22 Août 2017
Les partis/associations politiques et organisations de la société civile signataires
Dénomination et/ou Sigle                                                                                           Signatures
o    Alliance des Mouvements pour la Conscientisation et la Formation des Jeunes (AMCFJ)    
o    Association FASO KANOU    
o    Convention Nationale pour une Afrique Solidaire –Faso Hèrè (CNAS-Faso Hèrè)    
o    Front Africain pour le Développement (FAD)    
o    Parti pour l’Indépendance, de  la Démocratie  et de la Solidarité (PIDS)    
o    Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA)